• Les témoignages sur le Claireau

    Jacques Salomé (Psychosociologue et écrivain) :
    Printemps 2003. 

    SOUVENIR DU CLAIREAU

    Le Claireau où j’ai vécu deux ans, entre 1961 et 1963, où ma première fille a été conçue, fut un lieu magnifique qui a marqué ma vie, et cela sur plusieurs plans.

    Ce lieu fut un révélateur, non seulement de ma créativité naissante, mais d’une aspiration profonde à un mieux être, d’un mouvement intime pour me dépasser, pour tenter d’accéder au meilleur de mes possibles.

    J’ai retrouvé dans ce lieu quatre encrages essentiels :

    Un espace de liberté : cent hectares de forêts, de chemins, de clairières, un manoir intemporel déposé là, par la rencontre de désirs qui m’ont parus fortement contradictoires même si la source se dérobait à ma compréhension.

    L’ombre de la princesse Radzivill (qui, chuchotait-on à l’époque, fut la maîtresse du prince de Galles, futur Edouard VII), toujours présente, romantique, légèrement ironique me semblait-il face à ce projet fou et fécond dynamisé par René Dieleman.

    Un espace de vie : sans cesse vivifié par l’arrivée de nouveaux stagiaires avides d’apprendre, de créer, de se confronter à une matière à la foi proche, familière, récalcitrante : bois, terre, fer, cuir, d’apprivoiser des outils, de s’exercer aux rigueurs d’une technique, de vaincre des doutes, de dépasser des difficultés matérielles, d’expérimenter leur créativité.

    Un espace de rencontre avec ceux qui m’ont marqué, influencé, stimulé, et plus particulièrement à deux êtres diamétralement opposés.

    L’un, René Dieleman, le fondateur des ATELIERS EDUCATIFS du Claireau, par la confiance qu’il me fit, le soutien qu’il a donné à mes premiers balbutiements d’animateur comme potier, céramiste, et plus tard de sculpteur en herbe.

    L’autre Philolaos Tloupas, sculpteur magnifique et imprévisible, qui marqua ma jeunesse incertaine par sa rigueur et son amour de la beauté, par sa vitalité sans cesse renouvelée, par son amitié ombrageuse et fidèle.

    Ils furent l’un et l’autre, sur des plans différents, l’occasion d’une foultitude de rencontres fertilisantes ; et bien d’autres aussi qui, par leur écoute, leur regard, leur accueil, m’ont porté, emporté au plus près de mes propres rêves.

    Un espace de changement nourrissant ma propre évolution, accompagnant un cheminement vers des mutations d’une richesse inouïe.

    Ces deux années furent à la fois un encrage et une période incroyablement fertille en découvertes sur le plan de ma croissance intime, l’équivalent d’une retraite et d’une rupture avec le monde extérieur et l’acceptation d’une remise en cause de mes propres croyances, certitudes, habitudes.

    Je garde de mon séjour le souvenir vivace d’une période riche en découvertes sur mes ressources et mes limites, d’un conflit permanent et vivifiant entre ma liberté et celle de l’autre dans une confrontation stimulante et créatrice.

    Je crois que la grande idée pédagogique innovante de René Dieleman fut de créer et de mettre en place les conditions matérielles et relationnelles pour permettre à des hommes et à des femmes de mieux structurer un désir issu de leur imaginaire en l’inscrivant dans un projet, en le confrontant à une réalité ; de leur permettre de concrétiser leur désir de faire, de passer à la réalisation, de déboucher sur une finalisation, par l’acquisition, non seulement de moyens strictement opérationnels, mais aussi par un retour sur eux mêmes en retrouvant confiance et estime de soi.

    N’avoir jamais touché une scie ou même planté un clou et repartir après deux ou trois week-end ou quelques stages, (en périodes de vacances), avec sa bibliothèque, le lit de son prochain enfant, ou une table de salle à manger capable d’accueillir huit convives !

    Arriver seulement avec sa bonne volonté, sa curiosité et deux mains en bon état de fonctionnement et repartir avec un service à thé complet, théière, six tasses et soucoupes, et parfois même le sucrier accordé, ou une demi-douzaine de livres aimés reliés toile ou peau !

    Mais surtout avoir découvert et confirmé sa capacité à mener jusqu’au bout une réalisation, à fabriquer pour soi-même quelque chose d’utilisable, de durable et de fonctionnel.

    René Dieleman veillait avec beaucoup de soins et de fermeté à ce que les animateurs œuvrant au Claireau sachent concilier esthétique, fonctionnalité et simplicité et je peux imaginer que les milliers de stagiaires qui, durant 20 ans, participèrent aux activités du Centre National des Ateliers Educatifs du Claireau furent marqués à jamais par cette expérience.

    Je n’avais pas eu jusqu’à ce jour l’occasion de manifester mon admiration et ma reconnaissance à ceux qui ont partagé durant deux ans cette fabuleuse aventure.

    Qu’ils en soient ici remerciés.

    Jacques Salomé, psychologue et écrivain est l’auteur de : passeur de vie – Le courage d’être soi – Une vie à se dire .  (Pocket)

     

    Robert Bober (cinéaste et écrivain) :
    5 février 2002 

    "Je viens de tourner un film sur Erri De Luca. Auteur d'une dizaine de romans, il est aujourd'hui considéré comme un des écrivains italiens contemporains les plus importants. Mais jusqu'en 1996, il a été ouvrier chez Fiat, à Turin. Dans le bâtiment, comme maçon ou terrassier.

    Adolescent, il partait souvent en mer avec son oncle, pêcheur à Ischia. Lorsque je lui ai demandé si cette expérience l'avait préparé au monde du travail, il m'a simplement répondu : "J'ai surtout appris à me servir de mes mains, ce que le stylo n'apprend pas."

    Je ne savais pas encore que Claude Lecomte demanderait d'écrire quelques lignes sur mon passage, il y a près d'un demi-siècle, aux Ateliers Educatifs du Claireau. Je ne savais pas non plus - puisque je l'avais oublié, que cette coïncidence me réapprendrait que René Dieleman avait inventé la formule "penser avec les mains".

    C'est en 1952, que pour la première fois je suis devenu moniteur de colonie de vacances. Je dois préciser - c'est une parenthèse, mais elle est essentielle pour moi et c'est pourquoi j'y reviendrai - que j'exerçais alors le métier de tailleur pour dames.

    C'est au cours de cette colonie de vacances que j'ai mesuré à quel point le travail de moniteur était important. Pas seulement pour les enfants. Pour moi.

    Aussi, lorsque j'ai appris par le CEMEA l'existence des Ateliers Educatifs de Claireau, j'y ai vu aussitôt la possibilité de faire coïncider les activités manuelles et le travail d'éducateur. Ainsi, deux ans durant, j'y ai passé tous mes week-end.

    J'ai donc appris la poterie, la reliure, la vannerie, les marionnettes, la sculpture sur bois, la menuiserie.
    Ce qui, entre autres, m'avait particulièrement séduit, c'est que ce qui sortait de nos mains ne ressemblait en rien à un travail d'amateur. On pouvait s'asseoir sur nos chaises et manger sur nos tables. Tables sur lesquelles on posait les assiettes que nous avions "tournées". Nous buvions le café dans nos bols et nous mettions des fleurs dans nos vases. Tout comme on pouvait rentrer dans les vêtements que je cousais.

    Et puis un jour, un psychiatre est venu voir Dieleman. Il cherchait un jeune éducateur capable d'enseigner la poterie à des adultes sortant d'établissements psychiatriques afin des les préparer à nouveau à une vie active. René Dieleman a alors pensé à moi.

    C'est alors que j'ai cessé de me soucier de la mode et des mortes-saisons.

    Aujourd'hui je fais des films qui généralement passent à la télévision. Et plus volontiers sur les écrivains. Et lorsqu'on me demande par quel mystère, même quand je change de sujet, on "reconnaît" les films que je fais, je réponds - avec tout de même un léger sourire - que c'est peut-être parce qu'à chaque fois on y voit mes mains. Mais mains qui tournent les pages d'un livre ou montrent un document. Ou qui sortent une photo d'un album. Ou qui, simplement, munies d'un crayon de couleur, soulignent une phrase ou entourent un mot.

    Et c'est avec le temps que j'ai commencé à comprendre qui si j'éprouvais le besoin, même fugitivement, à prolonger de mes mains un mouvement de ma pensée, c'est que, il y a près de cinquante ans maintenant j'avais appris à les utiliser dans les ateliers de la rue de Turenne et aux Ateliers Educatifs du Claireau."


    Philippe Avron (comédien) :
    2003 

    "Ce qui m'a séduit au Claireau, lorsqu'en tant que professeur pour enfants difficiles, je l'ai fréquenté avec toute une équipe d'enseignants, c'est l'exigence de la beauté.

    Le mot bricolage était banni.

    La beauté commencée avec la colline boisée, l amison ouverte, les ateliers ensoleillés, la vaisselle tournée à la maison : pots, assiettes, émaillés jaune-miel, vert-pomme. Le bois, les tapisseries, la reliure ...

    Cet esprit dépassait les nécessites immédiates de pédagogie, nous offrait la possibilité de rêver, de progression dans un art, et nous en donnait les moyens.

    Les élèves qui doutaient d'eux-même, pouvaient à la fin du premier du trimestre, à Noël, offrir à leur parent une corbeille, un pot faits de leur mains.

    Le Claireau : c'est un moment ensoleillé et créatif de ma vie."


    Claude Lecomte :
    Janvier 2012 

    TEMOIGNAGE SUR LE CLAIREAU

    "En 1973 je travaillais comme dessinateur dans un cabinet de géomètre.

    Je rencontre René Dieleman, le dessinateur de son bureau d’études vient de partir au service militaire et il me propose de le remplacer.

    Je découvre Claireau et je suis très séduit par le lieu, par ce qu’on y enseigne, par le futur travail qui m’attend.

    En effet, René Dieleman qui génère toujours d’innombrables projets, à besoin de les concrétiser à travers des dessins et des plans divers.

    J’accepte donc la proposition qui m’est faite et, le mois suivant, je suis engagé au Claireau.

    Je suis logé dans une agréable mansarde du château ; depuis mon modeste vasistas, la vue sur Chevreuse et la vallée est superbe.

    Je suis célibataire et logé sur place, j’ai donc tout le loisir de fréquenter les ateliers et je commence, le soir et lors de week-end, une formation qui me passionne.

    Comme je pratique depuis longtemps le dessin et la peinture, c’est l’atelier de  sérigraphie que j’aborderai en premier, viendront ensuite la poterie et la sculpture sur bois que Philolaos Tloupas (qui est resté mon ami jusqu’à son décès en 2011) m’a enseigné remarquablement.

    Au bout de quelques temps, j’aide, particulièrement le week-end, les responsables d’ateliers.

    Environ 2 ans après, j’aurai, parallèlement à mon travail de dessinateur, la charge d’ateliers (sérigraphie, sculpture sur bois).

    Je travaillerai 12 ans au Claireau.

    Je considère ces 12 années comme la période la plus enrichissante de ma vie..

    Durant ce temps, j’aurai l’occasion d’étendre mes connaissances, de rencontrer et fréquenter de nombreux artisans et artistes de haut niveau et des stagiaires très intéressants (éducateurs professeurs de dessin, de travaux manuels, animateurs d’associations diverses, etc…)

    Pendant toute cette période j‘aurai la chance de côtoyer, quasi quotidiennement, René Dieleman.

    C’est un des personnage les plus remarquables qu’il m’ai été donné de rencontrer.

    Il bouillonnait d’idées, il était sans cesse en train d’imaginer pour l’enseignement qu’il avait mis en place quelque chose de novateur, d’original, avec toujours ce souci de la sobriété, de l’esthétique et du fonctionnel.

    Il a vraiment révolutionné l’enseignement des activités manuelles de création.

    Grâce à lui, à ses méthodes, à la discrète et efficace présence de son épouse, à celle des enseignants et intervenants qualifiés qu’il engageait, René Dieleman a fait de Claireau un lieu de grande réputation internationale fréquenté au cours des années par des milliers de stagiaires venus de tous horizons.

    Je quitterai le Claireau pour travailler dans la société Matière et Maîtrise, (encore une idée de Dieleman) pour prolonger concrètement l’action des stages et permettre un équipement fonctionnel des futurs ateliers.

    Naturellement, je resterai toujours en étroits contacts avec le centre ; par la suite, je dirigerai Matière et Maîtrise.

    Claireau c’était en plus, un  endroit où on se sentait bien et heureux d’avoir la chance d’apprendre dans de si bonnes conditions, dans le cadre exceptionnel de ce château baroque environné de plus de cent hectares de forêt.

    Je me souviens de belles expositions de fin de stages où tout le monde apportait ses réalisations.

    Quelle satisfaction alors de déposer son  pichet émaillé, sa jolie écharpe en mohair tissé, son petit meuble soigneusement ciré, ses livres reliés etc …

    On sentait dans les attitudes des stagiaires, dont certains n’avaient jamais abordé des activités manuelles, toute la satisfaction d’avoir réalisé de leurs mains ces modestes objets, cela leur donnait confiance en eux et ils étaient à juste titre, récompensés de leurs efforts.

     A travers eux, dont les fonctions les destinaient souvent à diffuser tout ce qu’ils avaient appris, Claireau prolongeait efficacement sa remarquable action."

     

    Pierre Lexert (Ecrivain) :

    PAROLE DE CLAIREAUPHILE

    Loué soit le hasard quand il se conjugue avec la nécessité !

    Un mien ami de lycée, Guy Ballossier, ayant ouï parler fort élogieusement de ce que les initiés appelaient déjà simplement Le Claireau, nous résolûmes d’y aller voir un dimanche pour nous en faire une idée. Ce fut par une claire journée de printemps au début des années soixante
    Conquis par les êtres et les aîtres du lieu – un château de pierre meulière sis en un parc de la Vallée de Cheveuse – je décidai de juger sur pièce en m’inscrivant pour un stage de menuiserie.

    Tout « intellectuel » que j’étais devenu, je n’en nourrissais pas moins une grande considération pour les gens du manuel. En connaissance de cause : fils de paysans montagnards indépendants, dont l’autarcie avait entretenu la polyvalence, j’avais été à même d’apprécier leur « sentiment de la ressource », - ainsi que disait Gide à propos du génie, mais qui se peut dire aussi d’une personne industrieuse.
    D’autant que je sentais mes mains dotées d’un potentiel inemployé et j’en éprouvais de la frustration. C’est pourquoi, fasciné par la mise en œuvre du bois, je choisis de faire mes classes manuelles dans l’atelier approprié du Claireau.

    Au terme de dix jours de leçons et de travaux pratiques vécus dans l’enthousiasme – le mot n’est pas trop fort – j’étais déniaisé. L’essentiel m’avait été inculqué avec une pertinence et un pragmatisme qui auraient ravi un adepte de la Sémantique Générale. Surtout, je me sentais déjà capable de progresser sans tuteur.
    Ce que je fis aussitôt car les occasions affluaient. Depuis, j’ai réalisé meubles, objets, escaliers et agencements de toutes sortes, cependant que m’apparaissait de plus en plus insane le clivage donnant le pas au col blanc sur le bleu de travail.

    Parallèlement je constatais que les autres stagiaires dans les autres disciplines s’y épanouissaient autant que moi.
    Le Docteur Sivadon en a d’ailleurs fait une thérapie. Pour ma part, j’en tirai parti pour mes loisirs et mes activités, tant du point de vue matériel que conceptuel.

    La cohérence, l’efficace et l’honnêteté de la formation reçue dans les Ateliers Educatifs de Claireau, sous la férule chaleureuse et inspirée de René Dieleman, n’avaient pas et n’avaient jamais eu leur pareil au sein des milieux corporatifs et de l’enseignement professionnel.
    Des professeurs de travaux manuels venaient même s’y « dégourdir » ; des profanes se découvraient des aptitudes insoupçonnées. Il régnait là une atmosphère qui, toutes proportions gardées, pouvait se comparer à celle du fameux Bauhaus de Weimar de l’autre siècle.

    Le décès inopiné de René Dieleman – fondateur et cheville ouvrière de Centre – en a malheureusement cassé l’essor et fait s’éparpiller sa leçon et ses moniteurs, - chacun de ceux-ci emportant, en bon apôtre, un fragment de l’évangile original. Grâce à quoi il est encore possible d’espérer, et de souhaiter, que quelqu’un quelque jour en puisse rassembler les données éparses pour en relancer la stimulante aventure.

     

    Pascale Dieleman :

    le 13 février 2012 

    A mon tour de prendre la plume.

     

    Me voilà assise au coin du feu ; pas une cheminée comme il aimait tant construire, un simple poêle en fonte. 

    Un disque de jazz, qu’il adorait, et c’est parti pour le grand saut en arrière.

    Moi qui ne regarde jamais derrière, me voilà bousculée par les amis, les compagnons de route, qui tour à tour viennent étoffer ce témoignage véhiculé par le net.

    Les archives du Claireau et de la vie de ce génie qu’était mon Père se sont éparpillées aux quatre coins du monde.

    Ma mère a su garder des traces et faire en sorte que nous n’oubliions pas et que nous transmettions à sa descendance les particularités de cet homme.

    Pour ma part, j’ai partagé sa vie jusqu’à l’adolescence. Il est parti pour mes 22 ans. J’ai toujours gardé le regret de ne pas l’avoir connu adulte.

    Nous projetions de travailler ensemble en ……… Martinique.

    Son cœur s’est arrêté de battre avant, ainsi que mes espoirs de prolonger, d’adulte à adulte ce que j’avais appris plus tôt.

    Mais je sais très bien que mes connaissances, mes dons, mes envies de créer viennent de lui et d’elle, ma mère, son épouse qui a traversé des moments forts et terribles avec lui.

    Je suis faite de cette glaise, de cet arbre, d’ailleurs mon amour du bois, des matières, des objets, le transcrivent bien.

    En compulsant l’album de famille, je me vois dans les bras de Philolaos, qui sera pour toujours mon Maître, m’inspirant formes et sculptures.

    A peine âgée de 4 ou 5 ans, je naviguais d’un atelier à l’autre, créant ma dînette en poterie, assise sur le siège du tour, descendant de mon perchoir pour relancer au pied la roue du tour, puis me hissant à nouveau pour façonner ma boule de terre en un vase ou une soucoupe, quand tout chavirait. Rien ne se perd, tout se transforme !

    Adolescente, je devenais animatrice pour encadrer d’autres ados et adultes à Saint Florent en Corse. On me faisait confiance, j’étais la fille du patron. Mais il faut dire aussi que je connaissais par cœur les gestes du tissage, de la sérigraphie ou autres activités. A la grande satisfaction des stagiaires. De toute façon, papa Dieleman veillait au grain.

    Et plus tard, j’ai pris le titre de tisserande en travaillant sur le métier qu’il avait inventé. Un système de chaîne enroulée en circuit fermé qui permet d’exécuter rapidement une étoffe unique que l’on peut coudre et porter.

    Tout au long de ma vie, je n’ai eu de cesse d’apprendre de nouvelles techniques, la bijouterie, le travail du cuir, la recherche des couleurs et du dessin en décor.

    C’est ainsi que je crée mes sculptures de A à Z.

    A comme Annie, ma mère, Z comme Z’ours, le nom de scout que ses amis employaient.

    Ma mère s’en est allée en 2000 me laissant cet héritage, mon frère Franck l’a rejointe fin 2009. Il doit sans doute nous photographier de là-haut.

    Nos enfants ne le connaissent qu’à travers nos témoignages et mes mains essaient de transmettre mes savoirs.

    Merci Papa.

     

    « HistoriqueLes vidéos des ateliers éducatifs de Claireau »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Martine CERNEAU
    Samedi 28 Avril 2012 à 15:09

    Que de souvenirs !

    Le Claireau, terrain de jeu de mon enfance !

    Comme j'habitais à Rhodon, en contrebas du Claireau, je venais à pied ou en vélo à travers la forêt rejoindre ma copine, toujours accueillie par ce grand bonhomme en métal qui m'impressionnait.

    Au milieu de vous tous qui étiez au Claireau pour apprendre les "arts plastiques", deux gamines, intrépides et curieuses, d'une dizaine d'années, s'amusaient comme des folles parmi vous, Isabelle (la fille de PHILO) et moi-même, c'était un lieu extraordinaire pour nous, combien de fois nous sommes nous cachées dans les buissons pour surveiller et attendre que les locaux soient vides pour partir en exploration soit dans l'atelier de vannerie, soit emprunter le grand escalier pour accéder jusqu'aux chambres mansardées sans se faire repérer bien sûr, et là nous avions gagné, fières que nous étions d'avoir réussi à échapper à votre attention puisque c'était interdit, d'où notre grand intérêt !

    Nous adorions également explorer les wagons, notre imagination débordante nous emmenait dans des voyages extraordinaires vers de lointaines contrées ou bien nous étions attaquées par des indiens et combien d'autres histoires nous sommes nous racontées ! et toujours sans se faire repérer parce que toujours interdit de pénétrer dans les wagons pour qui n'avait rien à y faire !

    Et puis notre amour de la poterie, combien de chefs d'oeuvre avons-nous fabriqués ! très gentiment installées sur vos genoux à tripatouiller la glaise pour nos créations que nous faisions ensuite sécher au soleil et que nous ramenions fièrement à nos parents  qui bien sûr s'extasiaient !

    Et quand arrivait la fin d'après-midi, affamées, nous rentrions chez Philo où nous attendait notre goûter accompagné d'une tasse de thé d'un parfum merveilleux, nous nous réchauffions auprès de la cheminée et nous l'admirions fabriquer ses oeuvres au milieu d'un bouquet d'étincelles et d'odeur de ferraille chauffée, c'était tout simplement divin !

    Et puis est arrivé le jour où les promoteurs se sont emparés de notre forêt magique, ont détruit nos souvenirs d'enfance... Philo s'est installé de l'autre côté de la route en face du tombeau des Montgomery, avec mon père ils ont construit cette nouvelle maison ultra moderne dans laquelle nous avons recommencé à jouer...

    Alors si un jour vous avez croisé deux ombres s'enfuyant de crainte de faire attraper, rassurez-vous ce n'était que deux enfants heureuses de vivre dans cet endroit !

     

     

    2
    Barragué Elisabeth
    Mardi 22 Mai 2012 à 20:32

    J'aimerais rejoindre avec émotion ceux qui ont connu mon oncle que j'ai vu plusieurs fois chez nous et qui m'a beaucoup impressionné dans mon enfance. 


    J'ai visité une seule fois Claireau où j'ai fais la connaissance de tante Annie. Aujourd'hui je garde un souvenir presque irréel de cette journée au château.


    J'ai une grande admiration pour la famille "Dieleman" qui est ma famille maternelle.


    Je suis fière de cet oncle passionné  que je découvre un peu plus grâce à ces témoignages


    J'adresse à Pascale toutes mes félicitations pour sa réussite et sa volonté de transmettre à ses enfants le savoir de ses parents.


    Elisabeth Barragué  


     


     

    3
    klark
    Vendredi 3 Avril 2015 à 02:35
    4
    Curt
    Samedi 13 Juin 2015 à 05:19
    Photography carafate Health experts agreed with the report's conclusion thatvarious government programs making school lunches healthier,mandating calorie counts on menus, discouraging sodaconsumption, integrating physical activity into the daily lifeand other weight-conscious changes were adding up to widespreadbehavior changes. clomid 50mg days 3-7 twins She may have received those bruises from the fight, that doesn't mean they came from an attack from her boyfriend....or maybe they did. We will never know because he refused to press charges. I would think that the police would have examined her for injuries, even if bruises didn't show up, I'd think she'd show SOME trauma. ticlid 250 mg For now, the coach is experimenting with forward “duos” he believes may click in the early going: Brad Richards with Rick Nash, Derick Brassard with Benoit Pouliot, and either Dominic Moore or Brian Boyle centering agitator Derek Dorsett. Vigneault is encouraged by prospects Danny Kristo, Jesper Fast and Oscar Lindberg, youngsters with “NHL skill level.” But even the coach admitted they may not be “quite ready” for the show.
    5
    Blaine
    Samedi 13 Juin 2015 à 20:08
    Will I get travelling expenses? hyzaar Still, in times of extreme political dysfunction, "theresponsibility of a company of any kind is changing because wehave to provide for employees, help the communities we serve,and obviously, the government is not providing the leadership itonce did." artane 2 mg efectos secundarios Anatel, Brazil's telecommunications regulator, for its partsaid Monday it would work with the country's federal police todetermine whether local telephone operators had broken any laws.The agency did not say what companies would be probed or whetherany specific operators were already under suspicion. buy indinavir Silver Lake has not had any discussions with BlackBerry about taking it private or any other transaction, the source said. But should Silver Lake's Dell buyout succeed, the source said, one option could be for a collaboration with BlackBerry in mobile computing - an area where the PC maker has struggled.
    6
    Isabelle Tloupas
    Samedi 30 Avril 2016 à 09:40

    Je découvre avec beaucoup de retard ce site consacré au Claireau qui me fait revivre des moments délicieux de mon enfance. J'ai couru et joué dans le parc et les bois alentour, j'ai trotté dans tous les ateliers et les odeurs caractéristiques de chacun d'entre eux demeurent dans ma mémoire olfactive: le parfum des copeaux de bois en menuiserie, celui de la limaille de fer en ferronnerie, celui de la colle dans l'atelier de cartonnage et surtout l'odeur de la glaise fraîche qui imprégnait l'atelier de poterie où mon père, Philolaos, enseignait.

    Je garde le souvenir d'adultes joyeux et pleins de gentillesse, d'une ambiance bon enfant et débordante d'enthousiasme. je me souviens d'une douce Madame Dieleman et de Pascale (Pacou) qui veillait sur moi comme une grande soeur. 

    J'ai été tout particulièrement émue par le témoignage de Martine Cerneau. Ses souvenirs sont très exactement les miens, jusqu'au parfum du thé de chine fumé que nous buvions en fin d'après-midi dans l'atelier de mon père, dans des bols en terre cuite. Je n'ai pas revu Martine depuis près d'un demi-siècle et j'ignorais jusqu'à présent que cette mémoire-là du Claireau je la partageais avec quelqu'un.

    Mon père ayant construit son nouvel atelier juste en contrebas de la colline du Claireau, je passe souvent par là et je ne peux me défaire d'une nostalgie de ce qu'était cette colline autrefois. Je me promène encore dans la forêt, et la terre sablonneuse, les feuilles mortes à l'automne, les jacinthes au printemps, les troncs de quelques vieux arbres, n'ont pas changé.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :